Pendant le confinement, on a beaucoup parlé des initiatives et des contenus artistiques, mais un peu moins de tous ceux qui sont mobilisés en coulisses. C’est pourquoi nous avons initié une série d’interviews avec des responsables de communication des structures et compagnies pour avoir leurs retours sur la gestion de crise.
Aujourd’hui, parole à Alexandre Pansard-Ricordeau, Chef du service de la communication, des relations publiques et du mécénat du Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse de Paris.

Les 3 actions de communication principales initiées ?

Parmi les actions de communication, l’une des plus importantes est de communiquer de manière régulière avec les élèves, les professeurs et les agents du Conservatoire. Il est important qu’ils se sentent soutenus et accompagnés dans cette crise. Nous les tenons informés constamment de la situation et de toutes les actions que le Conservatoire engagent : le maintien de l’activité pédagogique et administrative en télétravail, l’organisation des concours, des examens et des diplômes, le soutien aux élèves fragilisés par la crise, des guides pratiques pour apprendre à optimiser l’environnement acoustique pour s’enregistrer à domicile, réaliser une vidéo ou pour des cours à distance, des programmes d’activités physiques réalisés avec le pôle santé de la danse, etc.

En cette période confinement, les publics passent beaucoup plus de temps sur les réseaux sociaux, c’est une occasion pour l’école d’augmenter son niveau de visibilité et de renforcer ses liens. Nous utilisons nos réseaux sociaux pour un usage multiple : informer, partager des contenus sur notre identité et nos valeurs, valoriser les initiatives des professeurs et des élèves, favoriser l’entraide, organiser la diffusion des ressources du Conservatoire, maintenir une programmation que l’on peut retrouver sur le site conservatoiredeparis.fr. Un vaste catalogue de films et d’enregistrements, de documentaires, de concerts, d’opéras, de ballets, de classes de maîtres. Ce moment a aussi été l’occasion de prendre position et engager notre communauté en lançant une campagne de communication relayée par de nombreux réseaux : “Stay at home and practice” destinée aux musiciens et danseurs du CNSMDP mais pas uniquement.

Par ailleurs, les deux Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et Lyon se sont associés pour lancer un moment symbolique de rencontre entre leurs étudiants musiciens, leurs enseignants et le public, et plus largement entre tous ceux qui jouent d’un instrument ou qui chantent #Eurobalcon. Nous avons proposé au début et jusqu’à la fin du confinement, de faire retentir tous les vendredi soir à 19h00 la musique composée par Marc-Antoine Charpentier, compositeur français du 17e siècle, extraite de son Te Deum, musique célèbre pour avoir été longtemps l’hymne de l’Eurovision. Celui qu’on entendait quand les chaînes de télévision retransmettaient un même programme à travers l’Europe. Ce mouvement a été initié avec la complicité du Centre de Musique Baroque de Versailles, qui s’est chargé d’éditer la musique en plusieurs versions, pour que chacun y accède facilement. Nous espérons que cette initiative soit fidèle à l’esprit de sa musique d’origine : qu’elle nous réunisse aujourd’hui comme elle nous réunissait hier !

Mais pour tenir dans le temps, il faut être non seulement actif, mais également inventif. Autant de défis que les moyens de communication numérique nous invitent à relever. Il s’agira dans les jours qui viennent de mener de nouvelles actions à destination des élèves pour maintenir leur motivation, leur moral et plus tard favoriser leur insertion professionnelle. Cette pause forcée nous appelle à un moment de réflexion collective sur ce que sera l’après crise. Les annonces successives nous indiquent que le secteur culturel dans son entièreté va devoir se repenser. Au-delà de l’impact immédiat sur la pédagogie, quel va être l’impact sur la vie professionnelle des élèves ? Et sur les programmations futures ? Et sur le public ? Au Conservatoire, nous réfléchissons ensemble, dans une démarche collaborative, sur la manière dont cette pandémie modifie notre rapport au monde, comment l’art peut en rendre compte et comment le Conservatoire peut y participer.

Les 3 outils de communication indispensables pendant le confinement ?

1 téléphone, pour passer par l’écoute.
1 PC avec un réseau Wifi solide et Zoom, pour garder le contact visuel?
TeamViewer, qui permet au SI de prendre le contrôle de votre PC à distance pour régler les problèmes.

Les 3 mots-clés pour rester en mouvement et en lien ?

#Patient #Confiant #Courageux

https://www.conservatoiredeparis.fr/accueil